ORIENTATION DU SITE ESSENIEN DE QUMRAN, lien surprenant avec le pentagone régulier

 

 

 

 

L’étude des prophéties et l’interprétation mathématique de la Bible est au centre des travaux intertestamentaires, et en particulier au cœur de ceux des Esséniens. Là encore, cela n’est même pas caché mais au vu et au su de tous, dès lors qu’on accepte de le voir. Ainsi par exemple dès qu’on observe l’orientation très particulière du site de Qumran, mise en relation avec d’autres propriétés mathématiques et les nombres 3, 5 et 12 :

 

On remarque en effet que le site de Qumran est orienté suivant un angle de 72° par rapport à l’axe Est-Ouest. 72° très exactement, ce qui n’est pas anodin : quelle que soit l’unité dans laquelle il est exprimé, cet angle très précis et très particulier renvoie en effet instantanément au pentagone régulier comme on peut le voir ci-dessous, et à des notions qui sont aussi par exemple au cœur de la science et de la mystique des Pythagoriciens.

 

Là encore, on observe que ces préoccupations semblent être très partagées par les peuples de la Méditerranée d’une façon beaucoup plus large et beaucoup plus ancienne qu’on ne le pense habituellement. Elles renvoient aux intuitions, aux révélations qu’importe comment on les appelle, les plus primordiales et les plus universelles.

 

 

 

La suite peut se lire dans cet ouvrage, librement accessible :

 

 

 

Qumran, mais plus généralement tout le monde de la Bible, semble recéler de nombreux autres allusions symboliques à travers la valeur gématrique des mots. La gématrie, cette démarche de lecture mystique de l’Ancien mais aussi du Nouveau Testament, établit notamment un lien entre « le pain », « le vin », et les noms et les symboles du Messie. Ainsi par exemple :

 

- AHBH (l’amour) = AḤD (un) = 1+8+4 = 13.

- YHWH (Yahweh) = ADNY (Adonaï) = DBR (le Verbe) = YYW (le vin) = GPW (la vigne) = 26 = 2x13.

- BN YHWH (le fils de Dieu) = RWH QDS (l’esprit saint) = RWH SDQ (l’esprit de justice : l’équivalent de l’esprit saint chez les Esséniens) = LḤM (le pain) = 78 = 6x13.

 

 

Mais de telles autres équivalences sont si nombreuses qu’elles occupent plusieurs pages du livre cité ci-dessous.

C’est aussi le cas à travers le fameux « carré SATOR », qui fut l’un des signes de reconnaissance des premiers chrétiens, et qui était totalement incompris jusqu’ici :

 

 

Il est cependant expliqué dans ce même ouvrage :

 

 

 

 

Ces éléments établissent des liens étonnants et insoupçonnés entre les lieux des différentes apparitions mariales,

 la géométrie de la Grande Pyramide avec des considérations inédites,

 

 

et de nombreux autres symboles tels que le célèbre « carré SATOR », célèbre mais qui n’avait pas été compris jusque-là :

 

 

Ces considérations renvoient à des croyances très anciennes touchant aux symboles et aux mythes, et notamment celles permettant de brosser une brève reconstruction de l’éclosion du christianisme, avec les influences qui l’ont accompagnée, et même d’apporter un éclairage nouveau sur la thèse d’un Jésus mythique et le rôle de saint Paul, ou sur le tombeau attribué à Jésus à Talpiot. À la lecture de ces lignes, difficile de ne pas y voir quel message universel se dégage, si important de nos jours. Il semble puiser dans des signes visibles par tous de par le monde, des mythes et symboles qu’on retrouve dans plusieurs religions et qui les relient entre elles et avec le christianisme. Ces messages universels sont difficiles à ignorer à notre époque, et inspirent le monde de ceux qui croient, tel qu’il est ou pourrait être aujourd’hui.