Méditation chrétienne et bouddhiste

méditer en ligne ou « en livre »

 

 

 

La méditation dans le christianisme et dans le bouddhisme : en savoir plus

 

La pratique de la méditation est inscrite dans le bouddhisme depuis sans doute ses débuts. Celui-ci partage d’ailleurs des pratiques très comparables avec le jaïnisme et avec l’hindouisme dont il est issu ; elles ont permis « l’éveil » du Bouddha qui, selon la légende, a décidé de s’installer sous un arbre sans rien faire d’autre que méditer pour atteindre la Vérité.  Dès lors la méditation fait partie du quotidien de ces religions orientales, et plus encore dans la pratique du bouddhisme zen où elle est centrale. On attribue même cette phrase au Bouddha : « Il n’y a pas de méditation sans sagesse. Il n’y a pas de sagesse sans méditation ».

 

 

D’ordinaire on a peu conscience de la place de la méditation dans le christianisme également, et là aussi sans doute dès ses débuts. Il n’est pas exclu qu’il y ait même eu d’authentiques liens avec l’hindouisme et avec le bouddhisme : les influences des religions orientales ont pénétré tout le Proche-Orient du fait d’échanges qui ont peut-être toujours existé, et plus encore après l’épopée d’Alexandre le Grand jusqu’en Inde. On comprend alors pourquoi la carte d’Ératosthène montre une bonne connaissance de l’Inde de la part du monde occidental. Inversement, au IIIème siècle avant notre ère, l’empereur indien Akosha entreprend de diffuser le bouddhisme dans son pays mais aussi dans l’ensemble de l’Asie et jusqu’aux « terres des Grecs ». Au Ier siècle avant notre ère les Ptolémées d’Égypte et les Romains échangent avec l’Inde par la voie terrestre de l’Asie Mineure puis par la route maritime des moussons, sur laquelle étaient transportés de nombreux biens (ivoire, épices, esclaves…), comme le rapporte l’ouvrage « Le Périple de la mer Érythrée ». On comprend alors pourquoi la carte d’Ératosthène montre une bonne connaissance de l’Inde de la part du monde occidental, et pourquoi on ne compte plus les témoignages sur les « gymnosophistes » indiens pendant toute l’Antiquité.

Il est donc certain que les idées, aussi, ont voyagé. C’est ainsi qu’un ascète indien aurait fini ses jours en Grèce d’après le témoignage de son contemporain, le célèbre historien Strabon ; il aurait été un membre de la délégation d’un roi indien dont parle Pline, et avec lequel on commerçait dans toute la Méditerranée. Les échanges sur la philosophie orientale paraissent d’autant plus plausibles quand on pense que c’est une ambassade de ce même monarque qui a été reçue par l’historien et philosophe Nicolas de Damas, secrétaire d’Hérode le Grand, le roi de Judée lors de la naissance de Jésus. Peu de temps après le grand philosophe juif, Philon d’Alexandrie, loue les gymnosophistes indiens qui « transforment leur conduite tout entière en une démonstration de vertu. Difficile alors de ne pas remarquer combien les « nazirs » dans le judaïsme du temps de Jésus ressemblent aux « sadhous » qu’on rencontre en Inde, combien les ermites et les prophètes itinérants du Proche-Orient ressemblent respectivement aux « vanaprasthas » et aux « shramanas » de l’Inde antique, et combien les « esséniens » et les « thérapeutes », admirés notamment par l’historien Flavius Josèphe en Judée et à Alexandrie, semblent avoir reçu eux aussi des traditions provenant du bouddhisme et de l’Orient : pratiques liant foi, pureté et guérison, parfois végétarisme, et sinon bains rituels, méditation et prière. Les « nazaréens », groupe dont est issu Jésus, ont sans doute puisé aux mêmes sources que les nazirs et les esséniens, qui se retiraient dans les campagnes ou dans des lieux arides comme Qumran, près des rives de la Mer Morte, pour méditer les textes saints.

 

Les « nazaréens », groupe dont sont issus Jean-Baptiste et Jésus, ont sans doute puisé aux mêmes sources que les nazirs et les esséniens, qui se retiraient dans les campagnes ou dans des lieux arides comme Qumran, près des rives de la Mer Morte, pour méditer les textes saints.

 

 

À cette lumière on comprend alors peut-être d’autant mieux l’importance des jours passés par Jésus dans le désert, la veillée de prière sur le Mont des Oliviers, les méditations ou les communautés établies dans des grottes aux premiers temps du christianisme, et même le voyage jusqu’en Inde attribué à saint Thomas...

 

Annibale Carracci - La Madeleine pénitente dans un paysage | Thème  biblique, Histoire de l'art, Peinture

 

Ci-dessus, Marie-Madeleine méditant dans la grotte de la Sainte-Baume. Pour en savoir plus sur les rumeurs ou légendes concernant Marie-Madeleine voir sur cette page.

Elle est cependant loin d’être la seule disciple ayant séjourné dans un tel lieu : les parents de Jésus l’ont peut-être fait aussi, expliquant les sites où la Sainte Famille aurait vécu en Égypte selon la Tradition et peut-être de même la crèche où serait né le Christ ; des apôtres y ont médité également, des premières églises y ont été établies, et plus tard les ermites et les Pères du Désert.

 

Ces racines du judaïsme et du christianisme ont également beaucoup à voir avec l’islam, Mahomet recevant dans une grotte du mont Hira la révélation de la part de l’ange Gabriel, une des nombreuses figures partagées par toutes les religions abrahamiques. La méditation sera aussi la pratique des ermites et des moines, qui se retirent du monde dans le désert ou dans la cellule de leur monastère ou même encore dans des grottes, au Proche-Orient, en Égypte, en Éthiopie et en Europe : ainsi saint Antoine

et, pourtant bien longtemps après, saint François d’Assise… Ce sera encore la pratique des mystiques chrétiens et soufis, et plus généralement de tous les Juifs, Chrétiens et Musulmans, quand ils prient en recherchant le plus grand recueillement. Autant de points communs entre les « religions du Livre », et entre celles-ci et les religions orientales.

 

 

Illustration des similitudes nombreuses entre le christianisme et le bouddhisme : moines, monastères, processions et marches contemplatives, tonsures, encens, cierges ou bougies, prières, mantras et litanies, chants qui font entrer en résonnance avec l’environnement et avec l’univers sur lesquels l’ouvrage « l’évangile selon le Monde », librement téléchargeable à l’adresse https://www.evangile-monde.fr/telechargements.htm, apporte un éclairage important. On peut remarquer de nombreux autres rapprochements entre christianisme et bouddhisme, au niveau des idées cette fois-ci, dans le livre « l’évangile selon l’Olivier », lui aussi librement téléchargeable à l’adresse https://www.evangile-monde.fr/telechargements.htm.

 

 

 

Au-delà de ces ressemblances apparemment superficielles, tandis que des différences bien sûr subsistent, on a peu conscience également des points communs essentiels que liste ce même ouvrage. Des chrétiens célèbres y sont aussi cités, comme Thomas Merton ou Sundar Singh, sadhou indien converti, qui ont déployé des trésors de spiritualité rapprochant encore davantage certains aspects du bouddhisme et du christianisme. Et l’on a peu conscience du fait que la méditation est certainement l’un de ces points communs essentiels. « L’évangile selon l’Olivier » le montre encore en évoquant les noms du christianisme qui en ont fait l’éloge, mais souligne aussi le fait que la méditation est une des pratiques chrétiennes au même titre que dans d’autres religions. Elle est même explicitement citée dans le catéchisme officiel de l’Église Catholique : « la tradition chrétienne a retenu trois expressions majeures de la vie de prière : la prière vocale, la méditation, l’oraison. Un trait fondamental leur est commun : le recueillement du cœur ». Elle est pratiquée depuis les origines du christianisme, par les moines et pas seulement, comme on l’a déjà noté plus haut. Elle se manifeste notamment par le « silencieux amour » évoqué par saint Jean de la Croix au XVIème siècle. Elle peut en fait se décliner en oraisons de différents niveaux, depuis l’oraison vocale jusqu’à une oraison silencieuse menant à l’union mystique avec Dieu, ainsi que l’expose sainte Thérèse d’Avila (« Le Château intérieur »). Elle peut se pratiquer en suivant les « exercices spirituels » recommandés par saint Ignace de Loyola à la même époque. Elle peut aussi s’appuyer sur une lecture, un verset des Textes Saints comme le suggère Jean Cassien au IVème siècle (qui disait s’inspirer d’une pratique provenant des premiers moines et apôtres), ou sur la récitation du rosaire chez les catholiques (éventuellement avec l’aide d’un chapelet, ce qui nous rapproche beaucoup à nouveau de pratiques bouddhistes puis musulmanes). À sa place l’on peut également répéter le simple mot « Maranatha » (de l’araméen signifiant « Viens, Seigneur », expression présente dès les premiers textes chrétiens), comme le propose le bénédictin John Main au XXème siècle (et donc comme un « mantra » bouddhique), ou bien encore le seul nom de Jésus comme le font les moines orthodoxes qui pratiquent « l’hésychasme » ou « prière du cœur » en s’appuyant sur le rythme de la respiration (cette pratique présentant elle aussi bien des ressemblances avec certaines techniques orientales).

 

L’oraison silencieuse et la méditation sont, on le voit, très présentes dans le monde chrétien. Saint François de Sales a même dit avec humour : « Une demi-heure de méditation est essentielle sauf quand on est très occupé. Alors une heure est nécessaire ».  Logiquement des livres, des sites internet, proposent des méthodes qui s’appuient sur ces mêmes principes, et montrent combien peuvent être proches les différentes traditions. La méditation chrétienne est même très naturellement et directement liée à ce qu’on appelle la « pleine conscience » en ce qu’elle est, dès les origines, particulièrement ouverte sur ce qui nous entoure, et en particulier sur les autres : « Le moi intérieur n'est pas seulement ce qui reste quand nous nous détournons de la réalité extérieure. Il n'est pas simple vide, ou inconscience » : « notre moi profond » n’est pas « totalement déconnecté du monde », comme le notait déjà Thomas Merton entre autres, pour qui « le partage infini est la loi de vie intérieure de Dieu », que l’on rejoint en soi par la méditation. À la source, toujours cette même idée en effet : « C’est dans la mesure même où l’homme pénètre en soi qu’il pénètre en Dieu et dans la mesure tout autant où il pénètre en Dieu qu’il parvient à soi. Pour trouver Dieu en réalité, il lui faut descendre jusqu’en cette profondeur de soi où il n’est plus qu’image de Dieu ; là même où, au jaillissement de soi, il ne se trouve plus que Dieu » a écrit le père Henri Le Saux. Ainsi la méditation permet-elle de trouver Dieu, avec toutes Ses « Qualités » dont il est question dans ces autres ouvrages disponibles librement : « L’évangile selon le monde » et « L’évangile selon les prophètes et les mystiques ». Ainsi la méditation permet-elle de Le trouver afin qu’Il S’exprime en nous avec tout ce que cela signifie de sérénité, de puissance, de richesse et d’amour.

 

La suite dans le livre ci-dessous, librement téléchargeable.

 

Méditation chrétienne et au-delà :

texte et images pour méditer

 

Plusieurs sites et autant d’ouvrages présentent la méditation chrétienne, ou donnent des conseils pour commencer ou améliorer sa pratique. Citons par exemple le site « Notre-Dame du web ».

 

Voici également un livre, en version numérique gratuite ou en version papier, reprenant l’introduction ci-dessus et y ajoutant des phrases sous forme poétique accompagnées de superbes photos,

pour se laisser guider dans sa méditation, selon son rythme, quels que soient les croyants « et même, encore plus généralement, ceux qui ne se rattachent à aucun courant, à aucune confession ou à aucune église, mais se reconnaissent dans l’essentiel des grandes idées portées par tous ceux que nous avons cités, le plus universellement » :

 

 

Cliquer ici pour accéder au livre au format pdf, gratuit et librement téléchargeable

 

Cliquer ici pour commander le livre au format papier

 

 

 

 

Autres sujets liés :

Les messages des religions issues de la Bible et même au-delà sont tellement similaires qu’on peine parfois à les distinguer. Une autre page sur ce site évoque les différences mais aussi les nombreuses similitudes entre les croyances juives, chrétiennes, musulmanes et bouddhistes: cliquer ici.

 

 

Un livre, « l’évangile selon l’Olivier », détaille ces questions et met en parallèle, de cette façon souvent très spectaculaire, les mots principaux de la pensée chrétienne, juive, musulmane et bouddhiste. L’ouvrage complet est librement téléchargeable en cliquant sur ce lien.

 

 

Extraits de « l’évangile selon l’Olivier »,

qui met en parallèle les textes du christianisme, du judaïsme, de l’islam et du bouddhisme

 

Plus généralement, vous pouvez retrouver tout le contenu des ouvrages déjà évoqués, tous librement téléchargeables, en cliquant sur ce lien.

 

 

La méditation est fortement liée à la conscience de soi au milieu des autres et au cœur de l’univers. Elle encourage donc l’écoute de tout ce qui nous entoure, et une conscience écologique en relation avec la question religieuse. Un autre article sur ce site montre combien elles sont associées : cliquer ici.

 

 

Illustration extraite du site

« Images et textes pour le quotidien »

 

La démarche écologique s’inscrit fort logiquement dans un monde contemporain en quête de sens et de spiritualité… et dans lequel les possibilités pour aider et protéger les autres sont pourtant toujours plus nombreuses. Une autre page de ce site évoque encore plus en détail le christianisme dans le monde d’aujourd’hui : cliquer ici.

 

 

Illustration extraite du livre

 « Images spirituelles contemporaines »

 

 

ENFIN, QUELQUES SITES DE RÉFÉRENCE :

Aujourd’hui, les rencontres et les relations entre les différents courants religieux sont de plus en plus nombreuses, de même que des efforts de textes et même de célébrations œcuméniques. Aussi je mêle volontairement ci-dessous des liens provenant des différentes tendances du christianisme et de leurs relations avec les religions les plus proches :

 

 

 

 

 

 

ET LE SOMMAIRE DU SITE « ÊTRE CHRÉTIEN » :

 

 

Auteure du site : Marie Marin centuries@aol.com Tous droits réservés.Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : https://www.legalis.net/icones/iddn/logo3.gif Mentions légales : lien