LE CHRISTIANISME ET LE MONDE D’AUJOURD’HUI : le christianisme dans le monde virtuel, du paraître et des images

 

 

« Dans un monde égoïste, matérialiste et superficiel, les hommes semblent céder à chacune des trois tentations du désert : ils paraissent penser d’abord à eux ; puis à acquérir plus de biens ou de pouvoir pour dépasser et dominer les autres; enfin ils oublient qu’ils ne sont pas les égaux du Créateur et vrai Maître de tout. À notre époque où l’on ne cherche que le bruit médiatique, la gloire personnelle, et l’acquiescement permanent de ses amis virtuels, de quelle étonnante actualité semble la phrase des évangiles : « Comment pouvez-vous croire, vous qui tirez votre gloire les uns des autres ? » (Jn 5,44).

(…)

Et logiquement, dans un monde cédant aux tentations d’un monde égoïste, matérialiste et superficiel, l’Église semble affaiblie… Mais en réalité ce n’est le cas que si on la regarde à travers ce prisme égoïste, matérialiste et superficiel. En effet les questions que se posent les hommes sont encore plus grandes ; ils recherchent plus que jamais, perdus au milieu de la solitude, du matériel, du superficiel et de l’éphémère, la force d’amour, d’absolu, de vérité et d’éternel, qui a créé et anime tout l’univers, de la Terre jusqu’au Ciel.

(…)

Les hommes de notre époque si moderne, avec cette Église réputée faible dans certaines régions du monde, ne sont finalement guère éloignés des hommes de l’Antiquité avec leurs cultes erronés, leurs actes réprouvables et leur consciente vanité. Les hommes d’aujourd’hui ne sont guère éloignés de ceux qui ont entendu les phrases des évangiles citées quelques lignes plus haut, et qui ont vus des drames mais aussi des bouleversements extraordinaires, depuis la mort de Jésus jusqu’à sa résurrection, depuis l’effondrement de leurs empires jusqu’à la plus grande ferveur chrétienne. Au lieu de se désoler on peut au contraire espérer, car c’est alors que Dieu s’est finalement révélé avec plus de force que jamais. »

 

 

Illustrations et textes extraits de cet ouvrage

librement téléchargeable ci-dessous :

 

 

 

« Il est d’ailleurs amusant, et parfois un peu désolant, de voir les Occidentaux chercher ailleurs tant de nouveautés, sur le plan religieux tout autant. Amusant quand on se rappelle que Jésus lui-même n’est pas né en Europe mais vient du Proche-Orient, et a amené à lui des continents très divers, qui sont maintenant des piliers de l’Église ; et quand on se rappelle que le christianisme exprime déjà bien assez d’universalité : plus que toutes les autres religions en réalité, ce qui avait tellement interrogé, et même heurté, dans le premier cercle des disciples, dès les origines. Quant à l’idée qu’il ne s’agit que d’une religion à laquelle on n’est attaché que par l’habitude des coutumes dans nos pays riches et dans les milieux les plus conservateurs, elle est à faire se retourner dans leur tombe tous ceux qui ont été persécutés pour cette religion révolutionnaire qui semblait menacer tous les empires et tous les ordres établis, ceux qui l’ont défendue au prix de leur vie au cœur des dictatures, ceux qui s’y sont convertis partout dans le monde pour soigner les malades depuis des siècles et aider les pauvres des bidonvilles.

(…)

Adhérer au message du Christ, mais au-delà de cela à l’Amour du Christ, a donc beaucoup à voir (…) avec l’idée de résister aux modes et à la pensée commune. Il a beaucoup à voir en même temps avec la volonté de changer, mais de changer sincèrement, intensément, intérieurement, d’être vraiment différent au plus profond de soi, et de s’élever, non pas au-dessus des autres, mais au-dessus de soi, et non pas pour son seul salut, mais pour celui du plus grand nombre. »

 

D’innombrables idées peuvent naître dans le monde moderne, propres à s’accorder avec celui-ci, tellement moins spirituel et en même temps perpétuellement en quête de sens et de spiritualité. Il permet plus que jamais la solidarité avec la mise en réseau des gens et des ressources, il peut se montrer plus efficace dans l’utilisation des impôts, il peut se montrer plus universel avec la possibilité de grandes journées ou périodes à thème, ou grâce aux nouvelles formes d’art et de technologie (voir « Évangile selon le monde », livres II et IV).

 

 

Gif animé d’une croix-cube inspirée d’une des illustrations à nouveau

librement téléchargeables ci-dessous :

 

 

 

Cet ouvrage contient aussi de nombreux extraits des psaumes, et même des formules et poèmes inédits…

 

                

 

                

 

 

 

 

On y trouve également des liens étonnants et insoupçonnés entre les lieux des différentes apparitions mariales,

 l’orientation du monastère de Qumran, ce qui n’avait pas été vu jusque-là,

la géométrie de la Grande Pyramide avec des considérations inédites,

 

 

et de nombreux autres symboles tels que le célèbre « carré SATOR », célèbre mais qui n’avait pas été compris jusque-là :

 

 

Ces considérations renvoient à des croyances très anciennes touchant aux symboles et aux mythes, et notamment celles permettant de brosser une brève reconstruction de l’éclosion du christianisme, avec les influences qui l’ont accompagnée, et même d’apporter un éclairage nouveau sur la thèse d’un Jésus mythique et le rôle de saint Paul, ou sur le tombeau attribué à Jésus à Talpiot.

 

 

À la lecture de ces lignes, difficile de ne pas y voir quel message universel se dégage, si important de nos jours. Il semble puiser dans des signes visibles par tous de par le monde, des mythes et symboles qu’on retrouve dans plusieurs religions et qui les relient entre elles et avec le christianisme. Ces messages universels sont difficiles à ignorer à notre époque, et inspirent le monde de ceux qui croient, tel qu’il est ou pourrait être aujourd’hui.