LE CHRISTIANISME ET LE MONDE D’AUJOURD’HUI :

l’actualité du message chrétien et ses liens

avec notre époque et les autres religions

 

 

 

Actualité du message malgré notre monde virtuel du paraître et des images

« Dans un monde égoïste, matérialiste et superficiel, les hommes semblent céder à chacune des trois tentations du désert : ils paraissent penser d’abord à eux ; puis à acquérir plus de biens ou de pouvoir pour dépasser et dominer les autres; enfin ils oublient qu’ils ne sont pas les égaux du Créateur et vrai Maître de tout. À notre époque où l’on ne cherche que le bruit médiatique, la gloire personnelle, et l’acquiescement permanent de ses amis virtuels, de quelle étonnante actualité semble la phrase des évangiles : « Comment pouvez-vous croire, vous qui tirez votre gloire les uns des autres ? » (Jn 5,44).

(…)

Et logiquement, dans un monde cédant aux tentations d’un monde égoïste, matérialiste et superficiel, l’Église semble affaiblie… Mais en réalité ce n’est le cas que si on la regarde à travers ce prisme égoïste, matérialiste et superficiel. En effet les questions que se posent les hommes sont encore plus grandes ; ils recherchent plus que jamais, perdus au milieu de la solitude, du matériel, du superficiel et de l’éphémère, la force d’amour, d’absolu, de vérité et d’éternel, qui a créé et anime tout l’univers, de la Terre jusqu’au Ciel.

(…)

Les hommes de notre époque si moderne, avec cette Église réputée faible dans certaines régions du monde, ne sont finalement guère éloignés des hommes de l’Antiquité avec leurs cultes erronés, leurs actes réprouvables et leur consciente vanité. Les hommes d’aujourd’hui ne sont guère éloignés de ceux qui ont entendu les phrases des évangiles citées quelques lignes plus haut, et qui ont vus des drames mais aussi des bouleversements extraordinaires, depuis la mort de Jésus jusqu’à sa résurrection, depuis l’effondrement de leurs empires jusqu’à la plus grande ferveur chrétienne. Au lieu de se désoler on peut au contraire espérer, car c’est alors que Dieu s’est finalement révélé avec plus de force que jamais. »

 

 

Illustrations et textes extraits de

 « L’Évangile selon le monde »

 

 

Actualité, dans un monde en recherche de spiritualité

« Il est d’ailleurs amusant, et parfois un peu désolant, de voir les Occidentaux chercher ailleurs tant de nouveautés, sur le plan religieux tout autant. Amusant quand on se rappelle que Jésus lui-même n’est pas né en Europe mais vient du Proche-Orient, et a amené à lui des continents très divers, qui sont maintenant des piliers de l’Église ; et quand on se rappelle que le christianisme exprime déjà bien assez d’universalité : plus que toutes les autres religions en réalité, ce qui avait tellement interrogé, et même heurté, dans le premier cercle des disciples, dès les origines. Quant à l’idée qu’il ne s’agit que d’une religion à laquelle on n’est attaché que par l’habitude des coutumes dans nos pays riches et dans les milieux les plus conservateurs, elle est à faire se retourner dans leur tombe tous ceux qui ont été persécutés pour cette religion révolutionnaire qui semblait menacer tous les empires et tous les ordres établis, ceux qui l’ont défendue au prix de leur vie au cœur des dictatures, ceux qui s’y sont convertis partout dans le monde pour soigner les malades depuis des siècles et aider les pauvres des bidonvilles.

(…)

Adhérer au message du Christ, mais au-delà de cela à l’Amour du Christ, a donc beaucoup à voir (…) avec l’idée de résister aux modes et à la pensée commune. Il a beaucoup à voir en même temps avec la volonté de changer, mais de changer sincèrement, intensément, intérieurement, d’être vraiment différent au plus profond de soi, et de s’élever, non pas au-dessus des autres, mais au-dessus de soi, et non pas pour son seul salut, mais pour celui du plus grand nombre. » (extrait de « L’Évangile selon le monde », livre II)

 

D’innombrables idées peuvent naître dans le monde moderne, propres à s’accorder avec celui-ci, tellement moins spirituel et en même temps perpétuellement en quête de sens et de spiritualité. Il permet plus que jamais la solidarité avec la mise en réseau des gens et des ressources, il peut se montrer plus efficace dans l’utilisation des impôts, il peut se montrer plus universel avec la possibilité de grandes journées ou périodes à thème, ou grâce aux nouvelles formes d’art et de technologie (voir « L’Évangile selon le monde », livres II et IV).

 

 

Gif animé d’une croix-cube inspirée d’une des illustrations issues du même ouvrage déjà cité.

Celui-ci contient aussi de nombreux extraits des psaumes, et même des formules et poèmes inédits…

 

 

                 

 

                

 

 

Actualité, dans un monde en recherche de dialogue interreligieux, liens évidents et très nombreux entre tous les courants du christianisme entre eux et avec l’islam

Ce n’est plus à démontrer pour tous ceux qui sont curieux et ouverts, mais cela apparaît d’une façon particulièrement claire quand on s’intéresse aux mythes et symboles les plus anciens et qui se révèlent dans la religion chrétienne, ainsi qu’on le voit dans « L’Évangile selon le monde ». On peut même constater que : « Les liens entre les messages de Dieu, perçus par les sages, les prophètes et les mystiques du monde entier, sont si nombreux et si évidents qu’il y a des ponts très visibles entre tous les humains : le Père Henri Le Saux, notamment, a été l’un de ces nombreux ponts entre le christianisme et l’hindouisme. On se rend compte de la proximité entre certaines notions à travers notamment ces mots : « C'est dans la mesure même où l'homme pénètre en soi qu'il pénètre en Dieu et dans la mesure tout autant où il pénètre en Dieu qu'il parvient à soi. Pour trouver Dieu en réalité, il lui faut descendre jusqu'en cette profondeur de soi où il n'est plus qu'image de Dieu ; là même où au jaillissement de soi, il ne se trouve plus que Dieu. » (Père Henri le Saux, « Sagesse hindoue, mystique chrétienne »), qui entrent en résonnance également avec ceux de nombreux mystiques chrétiens depuis le Moyen-Âge. Mais c’est loin d’être tout. Ainsi quand on lit « Heureux vivons-nous, sans haine parmi les haineux; au milieu des hommes qui haïssent nous demeurons sans haïr », l’on pourrait aisément y voir une phrase des Évangiles et pourtant il s’agit d’une phrase de l’un des principaux livres du bouddhisme (« Le Dhammapada », 197). Quant à ces mots : « Dites : “Nous croyons en Dieu et en ce qu'on nous a révélé, et en ce qu'on n'a fait descendre vers Abraham et Ismaël et Isaac et Jacob et les Tribus, et en ce qui a été donné à Moïse et à Jésus, et en ce qui a été donné aux prophètes, venant de leur Seigneur : nous ne faisons aucune distinction entre eux. Et à Lui nous sommes Soumis” », l’on pourrait les croire issus de la Bible, et ils sont extraits du Coran (2,136), l’idée de soumission dans l’Islam étant à rapprocher de la racine sémitique ŠLM, paix, et tout autant donc à celle d’Alliance de l’Ancien et du Nouveau Testament : alliance avec Dieu, entente avec Dieu, fidélité à Dieu, pour vivre en harmonie avec Dieu, Ses créations et tous les hommes, et dans le respect des textes saints des prophètes. Toute la révélation et l’œuvre de Mahomet consiste d’ailleurs à propager le message de la Bible dans le monde arabe, établissant ce qui doit donc être un nouveau pont évident entre les croyances et les régions du monde entier. » (extrait de « L’Évangile selon le monde », livre IV

 

 

Une autre page de ce site (cliquer ici) étudie plus particulièrement les liens de proximité avec le monde musulman. Ceux-ci apparaissent encore plus nettement quand on considère la vie et l’œuvre des prophètes de la Bible et des mystiques qui les ont suivis, parmi lesquels il est difficile de ne pas faire figurer le prophète de l’islam : on retrouve les mêmes sources, on retrouve les mêmes messages principaux, et des ressemblances évidentes: au moins 17 critères fondamentaux identiques qui apparaissent par exemple au moyen de ce tableau. On peut le lire plus commodément lui aussi dans « L’Évangile selon le monde », livre II :

 

 

Pour le lire gratuitement cliquer ici.

 

 

On retrouve les mêmes sources, les mêmes messages essentiels disions-nous ; on retrouve également les mêmes moments importants dans l’histoire et les mêmes apogées, que ce soit quand on considère l’ensemble des courants du christianisme en Occident, ou bien les courants de l’islam en Orient : voir en particulier le livre III de « l’Évangile selon les prophètes et les mystiques ». Les échanges, les influences, les liens ont été très forts et très évidents dès les origines, et les ponts ont été très nombreux et très importants, même aux moments les plus tendus, notamment sous l’égide de saint François d’Assise, ainsi qu’on s’en rend compte dans le même ouvrage entre autres exemples. Difficile, à la lecture de ces lignes, de ne pas comprendre les points communs mais aussi la pensée, le message, qui se dégage de la vie et de l’œuvre des prophètes et des mystiques qui sont reconnus par tous les courants du christianisme et de l’islam : Abraham et Moïse bien sûr mais aussi, on le sait moins, Ezéchiel, et Jésus. Leurs mots, leur message, des extraits nombreux des prophéties de la Bible et des prières, qui ont même un caractère souvent très œcuménique, peuvent être lus dans ce même ouvrage, librement téléchargeable en cliquant sur ce lien qui jette de nombreux ponts qui existent depuis les origines mais que l’on ne sait pas toujours voir.

 

Pour le lire gratuitement cliquer ici.

 

 

 

Quelques sites de référence

Aujourd’hui, les rencontres et les relations entre les différents courants sont de plus en plus nombreuses, de même que des efforts de textes et même de célébrations œcuméniques. Aussi je mêle volontairement ci-dessous des liens provenant de différentes tendances du christianisme :

 

 

 

 

Menu « être chrétien » :