MARIE-MADELEINE ET JÉSUS

__________

 

Vérités et idées fausses sur Marie-Madeleine épouse du Christ, sur la descendance de Jésus, Marie-Madeleine et Rennes-le-Château,

Marie-Madeleine et le Da Vinci Code…

 

 

 

Il a beaucoup été dit et écrit sur Marie-Madeleine, en particulier depuis les ouvrages concernant Rennes-le-Château et depuis le « Da Vinci Code » de Dan Brown. L’idée principale est que le personnage de Marie-Madeleine aurait été en partie occulté par l’Église pour cacher sa vie de couple avec Jésus, voire une éventuelle descendance du Christ. Ces dernières décennies, des auteurs l’imaginent non seulement disciple fervente comme la présentent les évangiles, et la première personne à avoir vu Jésus ressuscité, mais aussi à l’origine également d’idées ésotériques, d’enseignements mystérieux, qui auraient été seulement transmis par des évangiles apocryphes et des sociétés secrètes.

Qu’en est-il réellement ?

 

Jésus ne pouvait pas être célibataire et des évangiles cachés présentaient Marie-Madeleine comme sa femme, ce qui explique que l’Église aurait occulté ce personnage ?

Il est vrai que des textes méconnus, retrouvés au XXème siècle en Égypte, tels que l’évangile de Philippe et l’évangile de Marie, évoquent des jalousies entre les apôtres, et le rôle prééminent de Marie-Madeleine que Jésus « embrassait sur la bouche ». Non seulement ces évangiles sont particulièrement discutables pour établir une vérité historique (les évangiles gnostiques sont plus tardifs que les autres, écrits souvent en Égypte, emplis de doctrines imprégnées d’influences païennes, de croyances en une cosmologie très originale, d’entités divines multiples et aux relations complexes…), mais l’on oublie de dire que Jésus y embrassait d’autres apôtres sur la bouche : dans cet étrange monde gnostique, c’était un signe d’initiation. De même on interprète souvent comme synonymes, dans ce contexte, des mots tels que « époux », « seigneur » et « maître (spirituel) » et les partisans de la thèse « Marie-Madeleine épouse et initiée » jouent allègrement sur ces différents sens. Mais rien n’empêcherait de faire l’inverse et de comprendre « époux » comme « maître » et « épouse » comme « disciple », d’autant plus que ce sens est déjà attesté dans la religion juive sans qu’on n’ait besoin de faire appel à des croyances cachées et gnostiques : dans l’Ancien Testament en effet, dans le Cantique des Cantiques  notamment et dans plusieurs écrits apocalyptiques, « l’épouse » est clairement le symbole de la Communauté de ceux qui sont fidèles à Dieu, tous ses membres étant les époux et les épouses de… Dieu. De nos jours encore, les papes, les évêques… portent au doigt un anneau qui symbolise leur union avec Dieu, les religieuses évoquent leur vocation comme un mariage avec Jésus etc.

 

Au-delà de ce sens symbolique établi, Jésus était-il tout de même en couple ? On lit en effet dans les ouvrages de nombreux auteurs que tous les rabbins de son époque étaient mariés, qu’il était mal vu de pas l’être dans le monde juif... C’est vrai à un détail près : beaucoup étaient tout de même célibataires comme les moines et les prêtres de nos jours, notamment parmi les Esséniens, qui se trouve être le groupe qui présente le plus de ressemblances avec les Chrétiens (communauté, prière, interprétation des prophéties, croyances messianiques, repas en commun, rite de purification par l’eau, réputation de guérisseurs…). Il en était certainement de même des nazôréens, dont faisait partie Jésus (inspiré du terme de « nazir », sorte de moine itinéraire réputé pour sa pureté). Il en était certainement de même de Jean-Baptiste, un des grands noms de la secte et que personne n’a jamais prétendu être marié. Il en était de même de saint Paul et d’autres grands noms du christianisme, qui prônaient le célibat… Le texte de l’Apocalypse, très imprégné des écrits de l’Ancien Testament et de l’époque intertestamentaire donc bien avant une éventuelle influence de l’Église, parle également de saints près de Dieu qui, dixit, "ne se souillèrent pas avec les femmes"… On voit donc que, contrairement aux idées avancées par certains, l’idée du célibat est loin d’être interdite dans le monde juif. Elle ne l’est certainement pas, en tout cas pas, pour ceux dont la spiritualité était la plus proche de celle des disciples de Jésus, pour ceux qui recherchaient une forme de pureté et de sainteté, et bien avant la prééminence, trois ou quatre siècles plus tard au moins, de l’Église de Rome. Entre temps l’on a pu voir, dans le christianisme oriental lui aussi, la venue d’ermites et de moines, célibataires eux encore… L’on peut d’ailleurs constater que c’est une des nombreuses ressemblances avec ce que l’on voit dans le bouddhisme, ainsi qu’on peut le constater dans « l’évangile selon l’Olivier », librement téléchargeable en cliquant sur ce lien, et qui recense les nombreux parallèles entre les grandes religions.

Quant au rôle de Marie-Madeleine, il est bien difficile de soutenir qu’il a été occulté, et de faire reposer sur cette idée un échafaudage de secrets pouvant mettre en péril la chrétienté entière… En effet, malgré la culture patriarcale de sa région d’origine, le christianisme a la particularité de mettre en avant les femmes, plus que toute grande religion en tout cas depuis au moins 3 000 ans. Des femmes faisaient même partie des disciples de Jésus, fait exceptionnel pour l’époque. Marie est extrêmement vénérée et en particulier dans le monde catholique et orthodoxe, et il en est de même de Marie-Madeleine : certes elle est présentée dans un texte (un seul) comme une pécheresse repentie et sa présence est assez discrète dans plusieurs évangiles, mais il en est de même de bien d’autres personnages, mais l’ouvrage « l’évangile selon les prophètes et les mystiques », librement téléchargeable en cliquant sur ce lien, en apprend davantage sur l’identité de quelques personnages des évangiles, et sur la nécessité de la clandestinité. Marie-Madeleine, issue de la haute société de Jérusalem, n’échappe pas à cette règle qui concerne d’autres aussi. Cela exclut au passage les thèses de ceux qui la présentent comme une sorte de prêtresse païenne.

Dans les textes chrétiens, loin d’être occultée davantage que d’autres comme le prétendent quelques exégètes, elle est aussi et surtout présentée comme un disciple qui a cru en Jésus jusqu’au bout, avec en récompense l’honneur d’être le premier témoin de la résurrection. C’est assurément pour cela que, partout en France et dans le monde chrétien, d’innombrables œuvres d’art religieux la représentent, et d’innombrables églises lui sont dédiées. En observant cela il apparaît donc bien difficile de suivre les auteurs, avec leurs thèses sensationnalistes, qui affirment qu’elle a été cachée.

 

 

Jésus et Marie-Madeleine formant un couple, tel Isis et Osiris, et animés par des croyances égyptiennes ?

C’est la thèse en vogue chez plusieurs écrivains, en particulier Lynn Pickent et Clive Prince dans « la Révélation des Templiers ». Thèse fort séduisante car il est vrai que l’on peut remarquer de nombreux liens entre le christianisme et les anciennes religions. Notamment on peut voir d’évidentes ressemblances entre Marie tenant dans ses bras l’enfant Jésus et Isis tenant contre elle son fils Horus :

 

 

De ce fait, bien des auteurs ont cru y déceler un lien entre le christianisme et le mythe d’Osiris. Cependant cette thèse se heurte à de nombreux faits :

-        Sur le fond, en y regardant le plus près, on peut constater que la mort et la résurrection d’Osiris a finalement bien peu à voir avec celle du Christ : Osiris n’a pas été crucifié, il a été démembré et pas Jésus, jeté dans le Nil et pas Jésus, il a été tué par un autre dieu et pas par les autorités du Temple ni les envahisseurs romains… Il ne faut donc pas longtemps non plus pour se rendre compte, en lisant la légende d’Osiris, combien le style, l’esprit, sont différents des évangiles. L’idée même de l’Incarnation enfin, dans le christianisme, a un sens et une portée bien différents : Jésus est Dieu et homme à la fois, et même homme seulement pour certains courants proches du christianisme, notamment l’islam : voir notamment dans « l’Évangile selon l’Olivier » , téléchargeable librement en cliquant sur ce lien, qui détaille les points communs entre les grandes religions.

 

 

Et pourtant l’on y trouve toute une religion, encore plus clairement monothéiste et opposée à tout ancien culte. Et pourtant la figure de Jésus, le Messie dans l’islam également, y reste fondamentale. Et pourtant celle de Marie-Madeleine, ou a fortiori des rites isiaques, totalement absente. On voit alors combien les éventuelles anciennes croyances de Marie-Madeleine ont bien peu d’importance.

-        La ressemblance esthétique entre les représentations d’Isis-Osiris et de Marie-Jésus tombe également assez vite à l’eau : si l’on croit en la correspondance, c’est Marie-Madeleine qui devrait tenir le rôle d’Isis et non pas Marie… mais alors ce n’est pas l’enfant Jésus qu’elle devrait tenir dans ses bras car dans les représentations égyptiennes Isis tient son enfant, Horus, et non pas son mari, Osiris… Bref il semble bien que les représentations sont similaires comme sont similaires, de tout temps et en tout pays, les mères et leur enfant, représentations de surcroît assez tardives dans le christianisme (quand il s’est installé en Égypte). Rien d’autre ne coïncide.

De surcroît l’on trouve d’autres représentations d’autres déesses portant un enfant, et d’autres liens d’ailleurs plus troublants qu’avec Isis, et que nous avons relevés, comme l’image ci-dessous, dans « l’évangile selon le monde », librement téléchargeable en cliquant sur ce lien.

 

 

Autant d’influences culturelles et esthétiques, qui ne se rapprochent pas forcément du culte d’Isis.

De fait, à part un ou deux points communs (la représentation d’une mère et de son enfant et l’idée de la résurrection), tout semble très différent. En réalité on ne peut même pas les relier par la croyance en la résurrection : en effet celle-ci était présente également dans le monde juif depuis des siècles : dans la Bible, Elie a ressuscité un enfant, Ézéchiel a décrit la résurrection de la fin des Temps, et d’autres encore…) sans qu’on ait besoin de faire appel aux croyances égyptiennes. Difficile donc de prétendre faire reposer, comme certains, toute la religion chrétienne sur les croyances égyptiennes. D’autres notions semblent bien davantage, et bien plus fondamentalement, reliées aux croyances juives, notamment la réalisation de très nombreuses prophéties, ainsi qu’on le constate dans l’ouvrage déjà cité précédemment, et librement téléchargeable ci-dessous.

 

 

-        Ce n’est pas tout : notons aussi qu’il existe des textes de l’Antiquité, écrits dans le même monde dans lequel est né le christianisme, et même exactement à la même période que les évangiles (Ier et IIème siècle de notre ère). Et certains sont indubitablement empreints des croyances dans les mythes isiaques. Ainsi notamment « l’Âne d’Or », œuvre très célèbre du romain Apulée (écrit en Afrique du Nord au milieu du IIème siècle). Même époque, même culture que les évangiles donc mais… rien à voir. Le texte raconte en effet l’histoire d’un héros transformé en animal, qui vit des aventures multiples, devient l’amant d’une dame sous sa forme animale, assiste à une apparition d’Isis tandis qu’il prie la Lune, redevient homme lors d’une fête religieuse en l’honneur de la déesse. Pas un seul élément n’est commun avec les évangiles : dans ces derniers l’on ne trouve aucune fête semblable aux rites isiaques, aucune référence à la Lune, aucune de ces aventures spectaculaires. Inversement le texte d’Apulée, pourtant philosophe sérieux, n’a rien à voir avec le style ni le contenu des évangiles on l’a dit, mais pas davantage avec les épîtres de saint Paul, de saint Jean, de saint Pierre…

-        Enfin en y réfléchissant davantage, il apparaîtrait bien curieux que des adeptes de cultes païens tels que le culte d’Isis aient inventé une histoire se déroulant dans le monde juif, en y ajoutant des éléments authentiquement juifs, pour ensuite… espérer intéresser le monde païen ! Tout cela alors que les Juifs étaient considérés comme des agitateurs gênants, moqués pour leur monothéisme puis même, lors de la Révolte Juive, considérés comme des ennemis du pouvoir romain et interdits et pourchassés dans leur propre pays ! Quel intérêt des adeptes de cultes païens auraient-ils eu à se faire croire juifs et monothéistes ? Et même à cacher toute référence à ces cultes, en les couvrant de croyances juives et monothéistes ?

-        Malgré tout ce que l’on a déjà vu, il subsiste cependant l’idée selon laquelle Marie-Madeleine aurait détenu un savoir secret, un christianisme différent qui n’apparaîtrait « ni dans les évangiles canoniques, ni dans les textes des Pères de l’Église, bref dans aucun texte reconnu comme authentiquement chrétien ce qui est quelque peu curieux… Je propose donc ici autre chose : sachant que Marie-Madeleine n’était pas une prêtresse obscure dispensant un savoir particulièrement sulfureux et étranger au judaïsme comme on la présente parfois, car elle était une personnalité de la société de Jérusalem comme Nicodème et d’autres, Marie-Madeleine n’aurait donc pas dispensé un enseignement secret, mais aurait probablement proposé que… l’enseignement de Jésus, tout son enseignement, soit secret. Ou en tout cas dispensé d’une façon très discrète en Judée. Et en effet, d’après les textes canoniques comme les textes apocryphes, régnait après la mort de Jésus et la répression à l’encontre des fidèles, un grand désarroi, un moment de flottement mais aussi de crainte bien légitime, pendant lequel il n’y avait pas d’autre choix que de rester caché. Ce n’est sans doute pas un hasard si l’ensemble des écrits chrétiens sont dès lors très discrets sur les principaux apôtres, présentés sans presque aucune précision sur leur famille, leur parcours avant ou après les récits évangéliques, bref sur leur identité… au point par exemple que peu de textes chrétiens n’ont révélé que saint Jean a accédé à la charge de grand-prêtre, ce qui était pourtant fort important et fort visible, ainsi qu’on l’a vu plus haut [dans «l’évangile selon les prophètes et les mystiques » librement téléchargeable en cliquant ici ou ci-dessous]. La consigne a visiblement été générale : agir en Judée, mais d’une façon clandestine ; agir en Judée, mais sans révéler son appartenance au mouvement de Jésus ; c’est ce qui ressort encore lors de la rédaction des évangiles (grande discrétion sur l’identité des apôtres on l’a dit, mais aussi tous les éléments de la clandestinité lorsqu’il s’agit de trouver une maison où célébrer la cène dans l’évangile selon saint Jean, entre autres exemples). En revanche le mouvement pourra s’étendre d’une façon plus visible et plus affirmée en dehors de la Palestine, dans tout le monde romain (et en effet c’est clairement en tout cas la direction qui a été prise par les apôtres). Cette clandestinité des débuts permet d’expliquer bien des choses dans les évangiles. Elle a été aussi la source de fantasmes et de contresens par ceux qui ont compris « clandestinité et discrétion » comme « enseignement secret », sans doute car ils étaient influencés par les cultes à mystères et d’autres croyances étrangères : les gnostiques. Mais le véritable christianisme s’est bien formé en Galilée et en Judée, auprès des disciples et aussi des personnages importants que l’on a cités, comme on peut le lire, entre les lignes, dans les évangiles. » (extrait de «l’évangile selon les prophètes et les mystiques » librement téléchargeable en cliquant ici ou ci-dessous)

On l’a vu, l’idée de rapprocher le christianisme du culte d’Isis était séduisante, et séduit encore les amateurs de croyances égyptiennes et des cultes à mystères ; de même que d’en faire la source d’un enseignement secret, mais ce que l’on peut comprendre bien autrement et cadrant bien mieux avec les réalités historiques de l’époque et qui ne sont pas moins spectaculaires. Elles permettent en effet d’en savoir plus sur les personnages de saint Jean, de saint Paul, et de Jésus lui-même (son nom dans le Talmud, le nom de sa famille…) et de déboucher sur les croyances des plus grands noms du christianisme (qui n’ont rien à envier aux gnostiques en hauteur de spiritualité): pour aller plus loin sur ce sujet, voir notamment l’ouvrage déjà cité et librement téléchargeable ci-dessous.

 

 

Si les cultes d’Isis semblent assez éloignés du christianisme quand on y regarde de plus près, il est cependant vrai que l’on peut voir de nombreux liens entre le christianisme et les anciennes religions, peut-être même volontairement mis en évidence pour rapprocher des doctrines, totalement juives à l’origine, de celles des pays que les apôtres commençaient à convertir. Aussi, le christianisme semble à la fois indiscutablement ancré dans le judaïsme (péché originel, histoire, messianisme, prophéties accomplies…) et rappeler certains aspects des religions plus primitives (rôle de l’eau, symbolique de la pierre, et autres éléments astronomiques ou symboliques), bref beaucoup de choses qui le relient aux mythes anciens, les héros de l’Antiquité inscrits dans les étoiles et dans les constellations et qui préfiguraient la venue du Christ, et aux civilisations qui annonçaient cet avènement  ainsi qu’on le constate notamment  dans l’ouvrage librement téléchargeable ci-dessous.

 

 

Marie-Madeleine en France ? Un secret à Rennes-le-Château ?

L’idée de la venue de Marie-Madeleine en France repose sur l’existence, en Provence comme ailleurs, d’anciens temples et lieux de cultes de déesses païennes. Comme partout en Europe, des édifices chrétiens les ont remplacés, et souvent dédiés à Marie et à Marie-Madeleine. Le lien avec la Provence s’explique fort bien ainsi : on y trouvait en effet des lieux de culte à Isis, à Vénus… ajouté au fait que le mot « grotte » en provençal a donné le mot « baume » (massif de la sainte Baume), d’où l’association avec le baume dont Marie-Madeleine s’est servie pour oindre les pieds de Jésus, et donc l’association avec Marie-Madeleine elle-même plutôt qu’avec tout autre personnage des évangiles.

On comprend donc très bien le lien qui a pu être fait entre ces lieux, les personnages d’Isis, Vénus etc, et Marie-Madeleine… Mais c’est un bien étrange contresens que de se dire, comme certains auteurs qui concluent, après des pages entières de recherche, ce qu’ils voulaient prouver dès le début à savoir en substance : « si l’on vénère Marie-Madeleine là où il y avait un culte à Vénus, alors c’est que les croyances de Marie-Madeleine étaient celles de prêtresses de Vénus ». Or si les lieux de culte correspondent ce n’est pas parce qu’elle était inspirée par ces déesses, par ces idées, par ces croyances : c’est précisément au contraire pour supplanter, pour remplacer, et pour faire oublier ces cultes, que son image a été employée. Il en est de même dans le Languedoc et dans les environs de Rennes-le-Château et de Rennes-les-Bains qui, comme son nom l’indique, correspond à des sources connues dès l’Antiquité, avec leurs anciens cultes à des déesses des eaux et qui ont été supplantés par des lieux dédiés à Marie ou à Marie-Madeleine.

Un trésor peut-il tout de même reposer dans les environs de Rennes-le-Château ? Peut-être, mais qui peut être très divers : trésor du Temple de Jérusalem, trésor des Wisigoths, trésor cathare, trésor des Templiers, trésor royal, autre secret, ou complet canular… Les références à Marie-Madeleine sont certes assez claires dans l’église restaurée par Saunière, mais elles sont nombreuses dans de nombreuses églises de nombreuses régions de France et d’Europe, comme par exemple à Vézelay, où une abbaye entière lui est consacrée, autant de lieux où l’on ne cherche pas de mystère. Le trésor de Rennes était peut-être plus ancien, et pillé depuis longtemps. Saunière n’en aurait trouvé que les restes, et vivait sur ceux-là… et sur un trafic de messes, pour lequel il a été condamné. Toute la légende de Rennes-le-Château repose peut-être sur cela, et sur le talent de quelques auteurs, le goût des énigmes et le contexte de l’époque : voir ci-dessous.

Des enseignements mystérieux transmis par des sociétés secrètes et par les Templiers ?

Les affaires de Rennes-le-Château, mises en avant par le Da Vinci Code ont beaucoup à voir avec les jeux d’esprit (références historiques, énigmes, codes secrets créés par les personnages de Cherisey et Plantard…), les croyances royalistes (l’abbé Saunière au XIXème siècle, comme Plantard au XXème siècle, étaient des royalistes convaincus, très désireux de créer ou d’entretenir une légende autour d’une descendance de Jésus incarnée dans la monarchie française à deux moments importants pour elle : la IIIème République, puis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, deux périodes où l’on a pu voir les derniers soubresauts des espoirs monarchistes)… À cela s’ajoutent le goût des légendes et des récits (de Gérard de Sède à Dan Brown l’histoire a intéressé de talentueux auteurs, et de nombreux rêveurs et chercheurs de trésors), et la recherche d’une assise plus solide encore de la part des sociétés secrètes (quoi de plus noble en effet que de se rattacher aux Égyptiens, aux Cathares…). Il était donc tentant, pour eux tous, de relier le personnage de Marie-Madeleine aux autres croyances, symboles, et prédécesseurs glorieux qui seraient les leurs, parmi lesquels les cultes égyptiens dont on a déjà parlé, et la grande histoire des Templiers.

En y réfléchissant bien, la thèse développée dans des livres tels que « la Révélation des Templiers » ou des romans tels que « Da Vinvi Code », selon laquelle des croyances autour de « l’éternel féminin » auraient été « occultées par l’Église et transmises par les Cathares et par les Templiers » semble assez étonnante : les auteurs eux-mêmes disent dans les mêmes phrases qu’on le retrouve dans toutes les cathédrales (forme des portes, noms « Notre-Dame » et autres symboles…), et à travers les nombreuses saintes déjà honorées (Marie, Marie-Madeleine mais aussi toutes les femmes qui ont été élevées au rang de « Docteur de l’Église » ce qui n’est pas le cas dans toutes les religions, loin de là)… Rien d’occulté, donc. De surcroît relier cela aux Cathares et aux Templiers apparaît plus que décalé : les Cathares, d’où leur nom, se disaient « purs », rechignaient au mariage, et refusaient la chair et tout ce qui pouvait rappeler le monde de la matière. Quant aux Templiers, ils constituaient un ordre monastique et militaire on ne peut plus masculin : alors que d’autres ordres étaient destinés aux femmes, eux n’en admettaient aucune et formaient un groupe d’hommes si unis que cela a paru suspect lors de leur procès, très fervents, et consacrés à la prière, à la protection des biens ou des personnes et au combat. Une autre page sur ce site éclaire leur légende et montre que les Templiers étaient d’authentiques moines qui avaient peut-être découvert et ramené en Europe des objets, importants et mystérieux en effet, mais qui semblent être plutôt des reliques, et en particulier le suaire de Turin. Pour ce qui est des symboles et des croyances, il est à craindre qu’il ne s’agisse que de celles en vogue à l’époque et sans plus. Les membres de l’Ordre du Temple étaient bien en contact avec l’Orient, parfois de façon même cordiale avec leurs ennemis musulmans, le sens de l’honneur et les valeurs de la chevalerie étant alors partagés. Ils lisaient les textes saints, ils échangeaient sur le plan religieux, ils s’imprégnaient de la science des symboles et de l’alchimie, et en effet beaucoup de ceux-ci ornent les édifices religieux d’Europe et du Proche-Orient, édifices templiers ou non. Certains des symboles qu’ils mettaient à l’honneur sont même extrêmement universels, comme on le verra ci-dessous : la croix elle-même, et sinon le pentagone, les références aux étoiles, aux constellations, au zodiaque… tous ceux-ci sont étudiés et expliqués dans l’ouvrage « l’évangile selon le monde » librement téléchargeable en cliquant ici. Une autre représentation, reproduite ci-dessous, ressemble aussi énormément au carré SATOR une fois qu’il ait été décrypté, comme il l’est pour la première fois dans ce même ouvrage déjà cité, « l’évangile selon le monde », et librement téléchargeable en cliquant ici.

 

 

Ci-dessus, un symbole templier, à comparer au carré SATOR et à sa recomposition selon le système codé expliqué dans « l’évangile selon le monde » : le dessin est en effet très semblable (on retrouve le A et le O, on peut remplacer l’étoile par un E, et un autre cercle semblable au Theta grec par le T)… Les Templiers en avaient-ils connaissance ?

 

Ces images et ces connaissances sont certainement les plus importantes et les plus profondes : peut-être les vrais savoirs des Templiers, qui leur permettront de naviguer sous les étoiles, peut-être jusqu’en Amérique par le biais de leurs successeurs d’après certains, mais aussi de relier tout ce monde symbolique avec des réalités géographiques, et avec notre monde d’une façon générale. Il est ici question des croyances concernant les forces qui le gouvernent et qui sont de la volonté de Dieu selon les croyants qu’étaient les Templiers, ou des lois de l’univers pour les autres : voir notamment l’ouvrage librement téléchargeable ci-dessous.

 

 

Ou alors les Templiers auraient-ils eu des renseignements sur la famille authentique de Jésus, sur son père véritable qui semble bien être en réalité Joseph d’Arimathie, sur la vraie place de saint Jean etc ? Beaucoup de ces vérités semblent en effet avoir été connues originellement, mais cachées lorsque les Chrétiens devaient vivre dans la clandestinité, puis enfin largement perdues avec le temps. Et, en effet, nul besoin d’imaginer des trésors et des théories incertaines, alors qu’il y a déjà tant à savoir et qui est méconnu sur le cercle de Jésus, les tout premiers Chrétiens et les mystiques qui les ont suivis : voir notamment l’ouvrage librement téléchargeable ci-dessous.

 

 

 

 

En parcourant l’histoire de Marie-Madeleine et de Jésus, nous croisons certes des croyances et religions plus anciennes, et qui ont beaucoup à voir avec les grandes lois universelles et qui proviennent de Dieu selon les croyants. Il y a beaucoup de ces symboles, de ce signes, de ces croyances qui sont reliées aux mythes anciens, les héros de l’Antiquité inscrits dans les étoiles et dans les constellations et qui préfiguraient la venue du Christ, et aux civilisations qui annonçaient cet avènement ; de même en ce qui concerne le sens et les moments des messages prophétiques ou des apparitions de la Vierge Marie, là encore inscrites dans ce qui semble être un plan bien défini ; des mystères chrétiens tels que le symbole de la croix et la nécessité que Jésus ait été crucifié ; le message de Jésus et la phrase « Dieu est Amour »… Autant de faits qui sont liés, et l’on peut en saisir la raison. Autant de faits qui permettent de mieux comprendre le message des textes chrétiens, de la Bible, des Évangiles, et comment le christianisme a éclos, dans une sphère où se mêlaient influences esséniennes, païennes, ou beaucoup plus anciennes et plus universelles encore, et qu’on soupçonne rarement. Ces éléments permettent d’établir des liens étonnants et insoupçonnés entre les lieux des différentes apparitions mariales,  l’orientation du monastère de Qumran, ce qui n’avait pas été vu jusque-là, la géométrie de la Grande Pyramide avec des considérations inédites, et de nombreux autres symboles tels que le célèbre « carré SATOR », célèbre mais qui n’avait pas été compris auparavant :

 

 

Ces considérations renvoient à des croyances très anciennes touchant aux symboles et aux mythes, et notamment celles permettant de brosser une brève reconstruction de l’éclosion du christianisme, avec les influences qui l’ont accompagnée, et même d’apporter un éclairage nouveau sur le Jésus historique : le passage de l’œuvre de Flavius Josèphe le concernant, son nom, sa famille, son entourage… ainsi que, inversement, sur  la thèse d’un Jésus mythique et le rôle de saint Paul, ou sur le tombeau attribué à Jésus à Talpiot.

 

 

À la lecture de ces lignes, difficile de ne pas y voir quel message universel se dégage, si important de nos jours. Il semble puiser dans des signes visibles par tous de par le monde, des mythes et symboles qu’on retrouve dans plusieurs religions et qui les relient entre elles et avec le christianisme. Et difficile de ne pas voir les liens évidents et très nombreux entre tous les courants du christianisme entre eux et avec d’autres religions telles que le bouddhisme et l’islam : ce n’est plus à démontrer pour tous ceux qui sont curieux et ouverts, mais cela apparaît d’une façon particulièrement claire quand on s’intéresse aux mythes et symboles les plus anciens et qui se révèlent dans la religion chrétienne, ainsi qu’on le voit dans « L’Évangile selon le monde », déjà cité et librement téléchargeable ici.

 

Pour le lire gratuitement cliquer ici.

 

 

 

On peut même constater que : « Les liens entre les messages de Dieu, perçus par les sages, les prophètes et les mystiques du monde entier, sont si nombreux et si évidents qu’il y a des ponts très visibles entre tous les humains : le Père Henri Le Saux, notamment, a été l’un de ces nombreux ponts entre le christianisme et l’hindouisme. On se rend compte de la proximité entre certaines notions à travers notamment ces mots : « C'est dans la mesure même où l'homme pénètre en soi qu'il pénètre en Dieu et dans la mesure tout autant où il pénètre en Dieu qu'il parvient à soi. Pour trouver Dieu en réalité, il lui faut descendre jusqu'en cette profondeur de soi où il n'est plus qu'image de Dieu ; là même où au jaillissement de soi, il ne se trouve plus que Dieu. » (Père Henri le Saux, « Sagesse hindoue, mystique chrétienne »), qui entrent en résonnance également avec ceux de nombreux mystiques chrétiens depuis le Moyen-Âge. Mais c’est loin d’être tout. Ainsi quand on lit « Heureux vivons-nous, sans haine parmi les haineux; au milieu des hommes qui haïssent nous demeurons sans haïr », l’on pourrait aisément y voir une phrase des Évangiles et pourtant il s’agit d’une phrase de l’un des principaux livres du bouddhisme (« Le Dhammapada », 197). Quant à ces mots : « Dites : “Nous croyons en Dieu et en ce qu'on nous a révélé, et en ce qu'on n'a fait descendre vers Abraham et Ismaël et Isaac et Jacob et les Tribus, et en ce qui a été donné à Moïse et à Jésus, et en ce qui a été donné aux prophètes, venant de leur Seigneur : nous ne faisons aucune distinction entre eux. Et à Lui nous sommes Soumis” », l’on pourrait les croire issus de la Bible, et ils sont extraits du Coran (2,136), l’idée de soumission dans l’Islam étant à rapprocher de la racine sémitique ŠLM, paix, et tout autant donc à celle d’Alliance de l’Ancien et du Nouveau Testament : alliance avec Dieu, entente avec Dieu, fidélité à Dieu, pour vivre en harmonie avec Dieu, Ses créations et tous les hommes, et dans le respect des textes saints des prophètes. Toute la révélation et l’œuvre de Mahomet consiste d’ailleurs à propager le message de la Bible dans le monde arabe, établissant ce qui doit donc être un nouveau pont évident entre les croyances et les régions du monde entier. » (extraits de « L’Évangile selon le monde », livre IV et de « l’Évangile selon l’Olivier », lui aussi téléchargeable librement en cliquant sur ce lien

Logiquement, sans qu’il ne soit besoin de faire intervenir quelque croyance mystérieuse ou hérétique, les relations entre les Musulmans et les Templiers, et plus généralement avec les Chrétiens, sont avérées depuis bien longtemps, et même au temps des Croisades qui, on l’a dit, opposaient les Turcs et les Européens, et non pas les Chrétiens et les Musulmans. Car comme souvent ce sont bien les conflits politiques, économiques, territoriaux, ce sont eux et eux seuls qui sont à la source de toutes les oppositions, de toutes les divisions, de toutes les haines savamment entretenues par ceux qui veulent enflammer les foules pour motiver les combattants.

 

Résultat de recherche d'images pour "françois d'assise sultan"

 

Islam et christianisme au XIème siècle, carte issue de wikipédia

et saint François d’Assise rencontrant le sultan al-Kamil

 

Les proximités étaient pourtant encore très fortes, et même à ces moments plus troublés les Templiers, puis les Franciscains, échangeaient avec les Musulmans, lisaient leurs textes ; de même inversement en Sicile, à Malte, et bien sûr en Espagne lors du temps de l’Andalousie, grande période de tolérance et d’échanges entre toutes les religions du Livre.

On retrouve les mêmes sources, les mêmes messages essentiels disions-nous ; on retrouve également les mêmes moments importants dans l’histoire et les mêmes apogées, que ce soit quand on considère l’ensemble des courants du christianisme en Occident, ou bien les courants de l’islam en Orient. Les échanges, les influences, les liens ont été très forts et très évidents dès les origines, et les ponts ont été très nombreux et très importants, même aux moments les plus tendus, notamment sous l’égide de saint François d’Assise, ainsi qu’on s’en rend compte également dans le livre III de « l’Évangile selon les prophètes et les mystiques » ou dans « l’Évangile selon l’Olivier », lui aussi téléchargeable librement en cliquant sur ce lien. Les liens de proximité avec le monde musulman apparaissent encore plus nettement quand on considère la vie et l’œuvre des prophètes de la Bible et des mystiques qui les ont suivis, parmi lesquels il est difficile de ne pas faire figurer le prophète de l’islam (voir « l’Évangile selon les prophètes et les mystiques » et « l’Évangile selon l’Olivier ») : on retrouve les mêmes sources, on retrouve les mêmes messages principaux, et des ressemblances évidentes : de nombreux critères fondamentaux identiques qui apparaissent par exemple au moyen de ce tableau (au moins 17 sur les 22 listés ci-dessous): on peut le lire plus commodément là aussi dans « l’Évangile selon l’Olivier » , lui aussi téléchargeable librement en cliquant sur ce lien:

 

 

 

Les similitudes sont telles qu’on peine parfois à distinguer les messages issus d’une religion ou d’une autre. Voici un nouvel extrait de « l’Évangile selon l’Olivier », qui les met en parallèle de cette façon souvent très spectaculaire :

 

 

 

 

Pour lire la suite, entièrement gratuitement, cliquer ici.

 

 

 

 

Menu « être chrétien » :